barre_58

 

imagesx          imagesx        imagesx

 

Non, père, je ne teindrai pas le feu de vos nervures,

à jamais dans les rues, ne veux voir les femmes vêtues du sang de vos fêlures.

Sous mon visage sans velouté, germe les pépites d'un bel azuré;

Fond d'une multitude de racines,

panoplie cyan à indigo, senteur marine.

Par le chemin feutré des orphelins,

j'inventerai les clartés calmes et sereines du matin,

les pastels teintées des berceuses.

Je serai avide de cette beauté purifiée,

d'autant de bleus et par amour,

je me loverai sous le manteau de la vierge.

 

Petite fantaisie après la lecture de "pastel" de Olivier Bleys.

Question : qui n'en n'est pas une. Au moyen âge, le teinturier se spécialisait dans la teinture d' une couleur.

 

 

barre_58